Sélectionner une page

Le secteur des banques en ligne se transforme

Le marché de la banque en ligne en pleine mutation

Hello Bank, Fortuneo ou encore Boursorama. Apparues il y a quelques années, ces banques en ligne avaient à leur époque révolutionné le marché traditionnel bancaire en proposant une gamme de prix incontestablement moins chère que leurs aînées. Force est de constater que le marché de la banque en ligne est aujourd’hui en pleine mutation, à travers d’un part les mutations technologiques en cours et d’autre part en raison de l’arrivée importante de nouveaux concurrents.

L’arrivée des startups financières, un élément déstabilisateur ?

C’est surtout l’arrivée de ce que l’on nomme les fintechs, les startups financières, qui a considérablement changé la donne de ce secteur. Ces sociétés ont mis à profit leur spécialisation technologique afin de venir grappiller des parts de marché aux banques en ligne, par exemple dans les secteurs de la gestion des finances au quotidien, pour venir séduire une clientèle de plus en plus importante. Aussi, alors que le marché de la banque en ligne se comptait il y a deux ans à quelques banques, il y a aujourd’hui des dizaines d’acteurs, dont la dernière grande figure en date Orange Bank. Il y a quelques années, les banques traditionnelles avaient perçu d’un mauvais œil l’arrivée massive de ces nouveaux acteurs qui venaient leur prendre des parts de marché. C’est ainsi qu’en l’espace de deux ans, on a constaté qu’une vague de rachat de ces établissements bancaires en ligne avait été orchestrée, par exemple avec le rachat de Boursorama Banque par la Société Générale ou encore celui de Fortuneo Banque par le Crédit Mutuel Arkéa. Les autres banques physiques ont dans certains cas décidé de créer leur propre structure, comme ce fut le cas de la banque Hello Bank !, de BNP Paribas ou encore de BforBank pour le Crédit Agricole. Aussi, si l’on se base sur cette analyse, il ne serait pas étonnant de constater dans les mois qui viennent le rachat à tour de bras des fintechs par ces acteurs, afin de pouvoir profiter de leur avantage technologique et de leur portefeuille client afin de consolider leurs positions sur un marché très disputé.

Quel constat sur les stratégies de ces acteurs ?

Si l’on analyse les forces et les faiblesses de chaque secteur on constate les choses suivantes :
• Les banques traditionnelles sont encore à la traîne niveau tarification et technologie (application mobile…)
• Les banques en ligne jouent surtout sur l’aspect financier (frais bancaires très faibles) mais peinent à innover d’un point de vue technologique
• Les fintechs sont très axées sur l’aspect technologique et peinent à proposer des tarifs attractifs et sont la plupart du temps cantonnées dans l’univers du gratuit

On peut donc peut-être s’attendre à l’arrivée d’une quatrième catégorie d’acteurs qui viendrait contrebalancer les failles des autres, à moins que les banques en ligne ne prennent réellement la mesure de l’importance de la technologie dans leur démarche commerciale et technique. Par ailleurs, la réduction des coûts réalisée de manière trop drastique est un modèle qui peut s’avérer attractif sur le court terme, afin par exemple de procéder à une campagne de lancement, mais doit faire face à la réalité de la rentabilité. Or, les banques en ligne et les fintechs peinent encore à montrer des résultats flamboyants sur cet aspect-là, contrairement aux acteurs historiques qui ont un parc de clientèle qui, il faut le rappeler, est nettement plus important et ancré à l’international.

Une concurrence qui crédibilise le secteur

D’un point de vue du consommateur, l’arrivée de ces nouveaux acteurs est évidemment un point positif. Alors que l’arrivée des banques en ligne avait tiré vers le bas les tarifs bancaires, l’arrivée des Fintech comme N26 ou Revolut permet de jouir de services inédits et comportant une grande valeur ajoutée pour les clients. D’un point de vue intérieur, ces nouveaux acteurs constituent ainsi une concurrence certaine comme le reconnaissent les responsables des banques et des banques en ligne.
Pour autant, il y a aussi un effet positif à cette nouvelle structuration du marché : la crédibilisation du secteur. En effet, l’on sait que la digitalisation des services bancaires peine encore à s’imposer dans les esprits, même si le nombre de personnes qui franchissent le cap d’ouvrir un compte chez Boursorama Banque ou chez ING est plus important chaque année. Les raisons : des barrières encore psychologiques et pratiques (absence de conseiller bancaire, absence de lieux physique pour le dépôt de chèque etc.).

Comment se repérer dans cet univers ?

Avec la multiplication des structures bancaires, il devient assez ardu de faire son choix. Rappelez-vous que l’information est la donnée à prendre en considération pour bien choisir sa nouvelle banque. Que vous soyez plus attiré par l’univers application mobile (gestion de compte, agrégateur de contenus…) ou tout simplement par les banques en ligne pour payer vos frais bancaires moins cher, il est fondamental d’opérer un benchmark des principaux acteurs. Et la bonne nouvelle, c’est que vous avez pour cela l’embarras du choix :
• forums de discussion (généralistes ou spécialisés)
• service clientèle (un coup de fil ou un mail, voire le chat, cela ne coûte rien !)
• les sites spécialisés dans les avis de clients
• les sites comparatifs (attention à leur partialité)
• votre entourage
• les salons spécialisés dans la banque
• etc.

Plus vous prendrez du temps pour analyser la banque qui vous intéresse et plus vous glanerez des informations essentielles qui constitueront pour vous un moyen de vous projeter afin de vérifier si oui ou non vous devez franchir l’étape d’ouvrir un compte dans tel ou tel établissement en ligne. Sachez que rien ne vous empêche non plus de cumuler les structures. Si par exemple vous désirez une appli mobile pour gérer votre argent vous pouvez alors très bien vous tourner vers Bankin’ tout en ayant votre compte courant chez ING Direct et votre prêt immobilier chez LCL Banque par exemple. Comme précédemment expliqué, les structures bancaires ont toutes leurs forces et leurs faiblesses, c’est pourquoi le fait de faire un petit tour d’horizon du marché ne peut qu’être positif afin de maximiser vos chances de faire un choix cohérent. Enfin, n’oubliez pas que vous avez toujours une force de négociation et ce peu importe l’établissement bancaire où vous prospecterez, surtout si vous avez des arguments à faire valoir et que votre projet est important (prêt immobilier ou crédit divers par exemple).

Article précédent

Article suivant

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest

Share This